jeudi 19 mai 2016

De l'intérêt en général, et de l'intérêt du revenu universel, en particulier.


Le revenu universel, un moyen de franchir les difficultés
créées par les mutations de l'économie ? 
La première partie de ce billet a été écrite en Janvier 2011. La deuxième partie, écrite 5 ans plus tard correspond à l'état de mes réflexions sur le sujet du revenu universel. Il m'a fallu du temps pour affiner ma réflexion mais surtout l'état de l'économie et de notre société française ont évolué et ont contribué à changer les perspectives sur ce revenu universel. Enfin quelques exemples de proposition de revenu universel inclus dans les projets de divers candidats à la présidentielle ont été ajoutés en Janvier 2017.

Ecrit en Janvier 2011
Depuis que j'ai décidé de démarrer ce blog, je m'aperçois que mon intérêt pour tout ce qui est l'économie, nos modes de vie et notre culture s'est fortement accru.
Cela vient du fait que je suis passé
 - d'une lecture passive "je lis, je comprends"
 - à une lecture active "je lis, je comprends, je structure la nouvelle information par rapport à ce que je savais déjà sur le sujet, je me forme ma propre opinion à partir de ce que j'ai lu, je me demande comment je pourrais utiliser cette information pour un article du blog et enfin j'identifie les points que je souhaite creuser et  qui me fourniront d'autres informations ou opinions sur le sujet"
Subitement ce qui ne m'intéressait pas trop ou qui franchement m'ennuyait m'apparaît maintenant intéressant. Cela ne fait que confirmer deux éléments que j'avais pu déjà constater dans ma vie personnelle et dans la vie professionnelle:
  • pour qu'un sujet ou une activité suscite l'intérêt, il faut l'aborder avec suffisamment d'intensité et de profondeur "On ne peut pas aborder superficiellement un domaine et espérer y trouver un vrai intérêt". Donc
    • soit on a un intérêt "inné" dans un sujet et on s'y intéresse intensément naturellement (La plupart des supporters de football doivent suivre cette voie), Je pense que personne n'est surpris par ce comportement "inné"
    • soit on peut commencer par s'intéresser intensément à un sujet, en quelque sorte "on se force d'abord à s'y intéresser" et ensuite on n'a plus besoin de se forcer, l'intérêt pour le sujet est devenu acquit. Cette démarche peut apparaître moins naturelle mais mais elle peut se révéler très utile dans les domaines de la formation et de la pédagogie.
  • pour qu'un sujet suscite l'intérêt il faut un but.  Il est extrêmement difficile d'apprendre une langue étrangère, si on n'a pas le but de la pratiquer et de se créér des occasions de la pratiquer. Il m'était difficile de m'intéresser à l'économie, la culture ou nos modes de vie, tant que je n'avais pas un but, écrire pour ce blog. Sans but, notre cerveau erre et notre volonté défaille. Comment pouvons nous savoir que nous sommes arrivés si nous ne savons pas où nous allons?
Pour en revenir à nos moutons, en cherchant des informations sur la croissance et le plein emploi, suite à l'émission sur la crise (Programmé sur TF2) qui a été le déclencheur, j'ai découvert la notion d'allocation universelle (Allocation universelle dans Wikipedia) qui de prime abord me parait fort séduisante pour les raisons suivantes :
  • cela m'apparaît quelque chose qui peut être mis en application assez facilement, et dont les coûts paraissent cohérents et raisonnables vis à vis des coûts actuels.  
  • qui doit pouvoir cohabiter avec le libéralisme auquel je crois,
  • qui doit permettre d'éliminer ou corriger certaines des inégalités et "injustices" et en ceci nous aider à aller vers plus d'harmonie
  • et permettre d'atteindre plus facilement le "plein emploi" (ou du moins quelque chose qui satisfait les fonctions du plein emploi) et en ce sens, réduire les besoins correspondant de croissance. 
Bref, de prime abord, je n'ai vu que des avantages et cette idée m'a séduit. Il doit bien y avoir des désavantages et inconvénients et je vais creuser le sujet pour essayer d'avoir une vue et opinion plus équilibrée dont je ne manquerai pas de vous entretenir dans un prochain billet.


Plaidoyer pour le revenu universel (écrit du 19/05/2016) 
La robotisation, l'automatisation, la suppressions des intermédiaires , les applications d'intelligence artificielle, et l'évolution de la société ...font déjà et vont accentuer le phénomène de moins d'emplois, plus de temps partiel, plus de travail indépendant, plus de mini jobs+ ceci combiné avec les inégalités croissantes de revenus constatés dans les économies développées. 

Donc à mon avis, de plus en plus de chômage et de travailleurs pauvres. Le dogme de travail comme moyen de redistribuer la "richesse" et d'assurer la subsistance va s''atténuer. La société ne sera pas moins riche pour autant mais la redistribution ne fonctionnera plus suffisamment pour éviter la coexistence structurelle de toujours plus d'ultra riches et riches et encore plus de pauvres. Le revenu universel est un moyen d'assurer cette re distribution de manière simple. 

Pour être efficace il devrait être distribué sans conditions ( ce qui permettrait sans doute de supprimer beaucoup d'emplois consacrés à vérifier les situations pour les diverses aides actuelles). S'il est suffisamment élevé on peut imaginer qu'il remplace toutes les aides actuelles et même l'assurance maladie en deçà d'une franchise annuelle - donc les soins coûteux restent traités à part. 

Ce revenu universel serait inclus dans les revenus : donc une partie serait récupéré via les impôts. L'ensemble des aides sociales en France est de l'ordre de 700 Milliards. Soit 11000 € par an par français. Cela donne un ordre de grandeur du montant que pourrait avoir ce revenu universel. Un montant de 800 € mensuel par adulte et 400 € par enfant semblerait possible soit 2400 € mensuel pour une famille avec deux enfants. 

Resterait à définir qui y aurait droit parmi les étrangers en France sinon il peut y avoir un effet d'aubaine et un afflux massif de demandes. Le cas décrit ici n'est qu'une hypothèse "faite sur un coin de table" mais un organisme dédié au revenu universel est en train de quantifier tous les cas de figures de ce revenu et devrait donc être à même de fournir des quantifications plus fiables. 

Par rapport à l'assistanat, le revenu universel permet de gagner des revenus supplémentaires en travaillant donc ne décourage la recherche d'un travail et de rentrées d'argent supplémentaires et offre un filet de sécurité qui devrait permettre à plus de personnes de prendre des risques. Il y aura sans doute toujours des gens qui préfèreront ne rien faire sauf leur hobbies mais avec les outils de mise en contact, un hobby peut facilement se transformer en un travail indépendant à temps partiel.

Donc 5 ans plus tard, je confirme l'intérêt que je trouve dans l'idée d'un revenu universel qui permettrait à notre société d'avoir une approche harmonieuse des changements profonds 

Ce sera tout pour aujourd'hui. Merci de votre attention. Je vous souhaite des rêves harmonieux et une journée radieuse!

Ajoût du 03/01/2017 Et comme le revenu universel est inclus dans le projet de divers candidats à l'élection présidentielle. Et voici les diverses nuances de revenu universel telles que soutenues par divers politiques CLIC

P.S.: Avez vous noté comme le monde est cohérent et bien fait. C'est l'étoile du berger qui en nous indiquant la direction nous aide à revenir à nos moutons.

4 commentaires:

  1. Vous décrivez le revenu universel dans sa forme "mode actuelle", outil essentiellement politique, conçu par les idéologues libéraux pour capter du social démocrate.
    2 aspects: la motivation de la chose, et sa mise en oeuvre.

    1) La motivation essentielle est de prendre acte du chômage massif actuel, considéré comme inéluctable et destiné à être pérennisé. On tire l'échelle et on passe à la subvention universelle, au nom de la robotisation, de l'uberisation et j'en passe. Cette attitude, qui convient à la gauche en échec absolu est absolument inacceptable. Elle ignore que le monde occidental (la France de ce point de vue n'en fait plus partie) est au plein emploi à l'heure actuelle. L'ignorer est coupable.

    2) Ma compréhension de la mise en oeuvre est qu'il ne change rien à la situation actuelle globale dans son principe (une assistance basée sur l'Impôt).
    Il ne touche pas à l'assistance sociale ni aux aides au logement, qui dépendent des situations locales, par essence hors de portée de la mesure.
    Par ailleurs, son universalité a un cout et il s'agit donc bien d'une augmentation d'impôts au final. Il n'est donc ni suffisant (il ne traite pas toutes les questions de l'assistance), ni nécessaire (il augmente les impôts).

    La proposition de François Fillon, qui consiste à simplifier et à individualiser l'ensembles des aides, tout en favorisant les familles, ce qui est évidemment nécessaire a un intérêt bien plus grand.

    La proposition d'Eric Verhaeghe, qui de ne traiter QUE l'assistance sociale (on distribue aux gens de quoi s'assurer), est radicalement différente.

    Il est vrai que toutes ces "idées" semblent se ressembler; elles sont en fait très diverses, et il y a une campagne électorale en cours, et les prébendes massives commencent à sortir des placards. On les appelle "idées".

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vais publier un deuxième billet consacré à quelques uns des points que vous soulevez car il existe une grande variété de revenu universel. Celui que je prône couvre "tout" sauf les soins coûteux (y inclus le logement). Le plein emploi que vos citéz est souvent un mirage. Aux USA, les chiffres ne montent du plein emploi que parce que le taux d'emploi n'a jamais été aussi bas (Plusieurs dizaines de millions de personnes sans emploi ne se font même plus recenser et ont disparu des statistiques du chômage) et les pertes d'emploi massives sont à venir. A suivre....

      Supprimer
    2. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
    3. A propos du supposé plein emploi qui rendrait inutile le revenu universel, cela dépends de ce qu'on appelle plein emploi cf. http://robertbranche.blogspot.fr/2016/06/sur-lemploi-vers-la-disparition-du.html

      Supprimer